Enseignant assassiné : l'Elysée annonce des actions "concrètes"

Publié le : 18/10/2020 - 23:02Modifié le : 18/10/2020 - 23:19 Deux jours après l'assassinat d'un professeur d'histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines, le Conseil de défense présidé par Emmanuel Macron dimanche a annoncé des actions "concrètes" sur les messages de haine ou encore la sécurité scolaire. Publicité Lire la suite Le Conseil de défense présidé par Emmanuel Macron a décidé dimanche 18 octobre de renforcer la sécurité des établissements scolaires à la rentrée et de mener des "actions concrètes" rapides contre les associations ou individus auteurs de messages de haine ou de soutien après l'assassinat de Samuel Paty, a indiqué l'Élysée. Le chef de l'État "a demandé qu'on passe rapidement à l'action et qu'on ne laisse aucun répit à ceux qui s'organisent pour s'opposer à l'ordre républicain", a ajouté l'Élysée, à l'issue de cette réunion de 2H30 avec six ministres et le procureur anti-terroriste Jean-François Ricard. Selon l'Élysée, les auteurs de 80 messages de soutien sur les réseaux sociaux à l'assaillant seront contrôlés dès lundi. Ces annonces interviennent deux jours après la mort d'un enseignant décapité aux abords d'un collège de Conflans-Sainte-Honorine après avoir montré en classe des caricatures du prophète Mahomet. Expulsions de fichés S Par ailleurs, le gouvernement ordonnera l'expulsion de 231 personnes fichés S pour radicalisation, selon des informations d'Europe 1 qui ont été confirmées à Reuters par une source syndicale. Sur cette liste, 180 personnes se trouvent actuellement en prison. Les 51 autres, encore en liberté, vont être arrêtées, précise un syndicat de police. Le ministère de l'Intérieur a par ailleurs demandé à ses services d'examiner plus attentivement les dossiers des demandeurs d'asile en France, selon ce même syndicat. Avec Reuters et AFP Let's block ads! (Why?)

Enseignant assassiné : l'Elysée annonce des actions "concrètes"
Publié le : 18/10/2020 - 23:02Modifié le : 18/10/2020 - 23:19 Deux jours après l'assassinat d'un professeur d'histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines, le Conseil de défense présidé par Emmanuel Macron dimanche a annoncé des actions "concrètes" sur les messages de haine ou encore la sécurité scolaire. Publicité Lire la suite Le Conseil de défense présidé par Emmanuel Macron a décidé dimanche 18 octobre de renforcer la sécurité des établissements scolaires à la rentrée et de mener des "actions concrètes" rapides contre les associations ou individus auteurs de messages de haine ou de soutien après l'assassinat de Samuel Paty, a indiqué l'Élysée. Le chef de l'État "a demandé qu'on passe rapidement à l'action et qu'on ne laisse aucun répit à ceux qui s'organisent pour s'opposer à l'ordre républicain", a ajouté l'Élysée, à l'issue de cette réunion de 2H30 avec six ministres et le procureur anti-terroriste Jean-François Ricard. Selon l'Élysée, les auteurs de 80 messages de soutien sur les réseaux sociaux à l'assaillant seront contrôlés dès lundi. Ces annonces interviennent deux jours après la mort d'un enseignant décapité aux abords d'un collège de Conflans-Sainte-Honorine après avoir montré en classe des caricatures du prophète Mahomet. Expulsions de fichés S Par ailleurs, le gouvernement ordonnera l'expulsion de 231 personnes fichés S pour radicalisation, selon des informations d'Europe 1 qui ont été confirmées à Reuters par une source syndicale. Sur cette liste, 180 personnes se trouvent actuellement en prison. Les 51 autres, encore en liberté, vont être arrêtées, précise un syndicat de police. Le ministère de l'Intérieur a par ailleurs demandé à ses services d'examiner plus attentivement les dossiers des demandeurs d'asile en France, selon ce même syndicat. Avec Reuters et AFP Let's block ads! (Why?)