Guerre Ukraine - Russie : que signifient les pertes subies par Moscou pour Poutine ?

Steve RosenbergRédacteur en chef de BBC Russia, Moscouil y a 40 minutesCrédit photo, ReutersNormalement, on s'attendrait à ce que le principal programme d'information hebdomadaire de la télévision d'État russe vante les succès du Kremlin. Mais l'édition de dimanche s'est ouverte sur un aveu rare. "Sur les lignes de front de l'opération spéciale [en Ukraine], cette semaine a été la plus difficile jusqu'à présent", a déclaré d'un air sombre le présentateur Dmitry Kiselev.A lire aussi :"C'était particulièrement difficile sur le front de Kharkiv, où, suite à un assaut des forces ennemies plus nombreuses que les nôtres, les troupes [russes] ont été contraintes de quitter les villes qu'elles avaient précédemment libérées."Pour "libérées", lisez "occupées". Moscou s'était emparée de ces zones il y a plusieurs mois, mais après une contre-offensive éclair de l'armée ukrainienne, l'armée russe a perdu un territoire considérable dans le nord-est de l'Ukraine. Pourtant, les médias d'État russes affichent un front courageux. Officiellement, ce qui s'est passé dans la région de Kharkiv n'est pas qualifié ici de "retraite"."Le ministère russe de la Défense a rejeté les rumeurs selon lesquelles les troupes russes ont fui en disgrâce de Balakliya, Kupiansk et Izyum", affirme la dernière édition du journal gouvernemental Rossiyskaya Gazeta. "Ils n'ont pas fui. C'était un regroupement planifié à l'avance."Dans le tabloïd Moskovsky Komsomolets, un analyste militaire a adopté un point de vue différent : "Il est déjà clair que nous avons sous-estimé l'ennemi. [Les forces russes] ont mis trop de temps à réagir et l'effondrement s'est produit... En conséquence, nous avons subi une défaite et nous avons essayé de minimiser les pertes en retirant nos troupes afin qu'elles ne soient pas encerclées." Cette "défaite" a suscité la colère des chaînes de réseaux sociaux pro-russes et des blogueurs russes "patriotes", qui ont accusé leurs militaires d'avoir commis des erreurs. Tout comme le puissant dirigeant de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov. "Si aujourd'hui ou demain aucun changement de stratégie n'est effectué", a prévenu M. Kadyrov, "je serai contraint de m'entretenir avec les dirigeants du ministère de la défense et les dirigeants du pays pour leur expliquer la situation réelle sur le terrain. C'est une situation très intéressante. C'est stupéfiant".Cela fait plus de six mois que Vladimir Poutine a ordonné une invasion à grande échelle de l'Ukraine. Dans les jours qui ont suivi, je me souviens des politiciens, commentateurs et analystes russes qui, à la télévision, prédisaient que ce que le Kremlin appelle son "opération militaire spéciale" serait bouclée en quelques jours, que le peuple ukrainien accueillerait les troupes russes comme des libérateurs et que le gouvernement ukrainien s'effondrerait comme un château de cartes.Ce ne fut pas le cas. Au contraire, plus de six mois après, l'armée russe perd du terrain. Une question essentielle est de savoir si cela aura des conséquences politiques pour Vladimir Poutine.Après tout, depuis plus de 20 ans, M. Poutine jouit, au sein de l'élite russe, de la réputation d'être un gagnant, de toujours réussir à se sortir des situations les plus délicates, bref, d'être invincible.Je l'ai souvent considéré comme la version russe du célèbre artiste de l'évasion Harry Houdini. Quels que soient les nœuds ou les chaînes auxquels il était attaché, M. Poutine parvenait toujours à se libérer.Cela a changé après le 24 février. Les six derniers mois laissent penser que la décision du président Poutine d'envahir l'Ukraine était une erreur de calcul majeure. Incapable de remporter une victoire rapide, la Russie s'est enlisée dans une offensive longue et sanglante, et a subi une série de défaites embarrassantes. Lorsque l'aura d'invincibilité d'un dirigeant autoritaire s'estompe, cela peut lui causer des problèmes. Vladimir Poutine connaît l'histoire de la Russie. Les anciens dirigeants russes qui ont mené des guerres sans les gagner ne se sont pas bien terminés. La défaite de la Russie face au Japon a conduit à la première révolution russe de 1905. Les échecs militaires de la Première Guerre mondiale ont déclenché la révolution de 1917 et la fin du tsar.En public, cependant, le président Poutine n'a pas l'intention de finir en perdant. Lundi, son porte-parole, Dmitry Peskov, a déclaré aux journalistes : "L'opération militaire spéciale [de la Russie] se poursuit et se poursuivra jusqu'à ce que toutes les tâches initialement prévues aient été accomplies".Ce qui nous amène à l'autre question clé : que va faire M. Poutine ensuite ? Il serait difficile de trouver quelqu'un ici qui sache ce que Vladimir Poutine pense et planifie. Tout dépend de l'exactitude des informations qu'il reçoit de ses chefs militaires et de ses chefs du renseignement. Mais il y a deux choses que nous savons : le président russe admet rarement ses erreurs. Et il fait rarement demi-tour. Crédit photo, Kremln.ruD'après ce que disent les médias

Guerre Ukraine - Russie : que signifient les pertes subies par Moscou pour Poutine ?
  • Steve Rosenberg
  • Rédacteur en chef de BBC Russia, Moscou

Vladimir Poutine

Crédit photo, Reuters

Normalement, on s'attendrait à ce que le principal programme d'information hebdomadaire de la télévision d'État russe vante les succès du Kremlin.

Mais l'édition de dimanche s'est ouverte sur un aveu rare.

"Sur les lignes de front de l'opération spéciale [en Ukraine], cette semaine a été la plus difficile jusqu'à présent", a déclaré d'un air sombre le présentateur Dmitry Kiselev.

A lire aussi :

"C'était particulièrement difficile sur le front de Kharkiv, où, suite à un assaut des forces ennemies plus nombreuses que les nôtres, les troupes [russes] ont été contraintes de quitter les villes qu'elles avaient précédemment libérées."

Pour "libérées", lisez "occupées". Moscou s'était emparée de ces zones il y a plusieurs mois, mais après une contre-offensive éclair de l'armée ukrainienne, l'armée russe a perdu un territoire considérable dans le nord-est de l'Ukraine.

Pourtant, les médias d'État russes affichent un front courageux. Officiellement, ce qui s'est passé dans la région de Kharkiv n'est pas qualifié ici de "retraite".

"Le ministère russe de la Défense a rejeté les rumeurs selon lesquelles les troupes russes ont fui en disgrâce de Balakliya, Kupiansk et Izyum", affirme la dernière édition du journal gouvernemental Rossiyskaya Gazeta. "Ils n'ont pas fui. C'était un regroupement planifié à l'avance."

Contre-offensive de l'Ukraine

Dans le tabloïd Moskovsky Komsomolets, un analyste militaire a adopté un point de vue différent : "Il est déjà clair que nous avons sous-estimé l'ennemi. [Les forces russes] ont mis trop de temps à réagir et l'effondrement s'est produit... En conséquence, nous avons subi une défaite et nous avons essayé de minimiser les pertes en retirant nos troupes afin qu'elles ne soient pas encerclées."

Cette "défaite" a suscité la colère des chaînes de réseaux sociaux pro-russes et des blogueurs russes "patriotes", qui ont accusé leurs militaires d'avoir commis des erreurs.

Tout comme le puissant dirigeant de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov.

"Si aujourd'hui ou demain aucun changement de stratégie n'est effectué", a prévenu M. Kadyrov, "je serai contraint de m'entretenir avec les dirigeants du ministère de la défense et les dirigeants du pays pour leur expliquer la situation réelle sur le terrain. C'est une situation très intéressante. C'est stupéfiant".

Cela fait plus de six mois que Vladimir Poutine a ordonné une invasion à grande échelle de l'Ukraine. Dans les jours qui ont suivi, je me souviens des politiciens, commentateurs et analystes russes qui, à la télévision, prédisaient que ce que le Kremlin appelle son "opération militaire spéciale" serait bouclée en quelques jours, que le peuple ukrainien accueillerait les troupes russes comme des libérateurs et que le gouvernement ukrainien s'effondrerait comme un château de cartes.

Graphique invasion Sud

Ce ne fut pas le cas.

Au contraire, plus de six mois après, l'armée russe perd du terrain.

Une question essentielle est de savoir si cela aura des conséquences politiques pour Vladimir Poutine.

Après tout, depuis plus de 20 ans, M. Poutine jouit, au sein de l'élite russe, de la réputation d'être un gagnant, de toujours réussir à se sortir des situations les plus délicates, bref, d'être invincible.

Je l'ai souvent considéré comme la version russe du célèbre artiste de l'évasion Harry Houdini. Quels que soient les nœuds ou les chaînes auxquels il était attaché, M. Poutine parvenait toujours à se libérer.

Cela a changé après le 24 février.

Les six derniers mois laissent penser que la décision du président Poutine d'envahir l'Ukraine était une erreur de calcul majeure. Incapable de remporter une victoire rapide, la Russie s'est enlisée dans une offensive longue et sanglante, et a subi une série de défaites embarrassantes.

Lorsque l'aura d'invincibilité d'un dirigeant autoritaire s'estompe, cela peut lui causer des problèmes. Vladimir Poutine connaît l'histoire de la Russie. Les anciens dirigeants russes qui ont mené des guerres sans les gagner ne se sont pas bien terminés.

La défaite de la Russie face au Japon a conduit à la première révolution russe de 1905. Les échecs militaires de la Première Guerre mondiale ont déclenché la révolution de 1917 et la fin du tsar.

En public, cependant, le président Poutine n'a pas l'intention de finir en perdant.

Lundi, son porte-parole, Dmitry Peskov, a déclaré aux journalistes : "L'opération militaire spéciale [de la Russie] se poursuit et se poursuivra jusqu'à ce que toutes les tâches initialement prévues aient été accomplies".

Ce qui nous amène à l'autre question clé : que va faire M. Poutine ensuite ?

Il serait difficile de trouver quelqu'un ici qui sache ce que Vladimir Poutine pense et planifie. Tout dépend de l'exactitude des informations qu'il reçoit de ses chefs militaires et de ses chefs du renseignement.

Mais il y a deux choses que nous savons : le président russe admet rarement ses erreurs. Et il fait rarement demi-tour.

Un extrait d'une vidéo de Poutine inaugurant la grande roue.

Crédit photo, Kremln.ru

D'après ce que disent les médias d'État, nous voyons déjà des signes indiquant que les échecs sur le champ de bataille sont imputés au soutien occidental à l'Ukraine.

"Kiev, soutenu par l'OTAN, a lancé une contre-offensive", a déclaré la télévision d'État russe.

Une autre question gênante se pose depuis des mois : s'il ne parvient pas à remporter la victoire avec des armes conventionnelles, le président Poutine aura-t-il recours au nucléaire ?

Il y a quelques jours à peine, le chef militaire ukrainien, Valeriy Zaluzhnyi, a lancé un avertissement : "Il existe une menace directe d'utilisation, dans certaines circonstances, d'armes nucléaires tactiques par les forces armées russes."

Pour l'instant, il n'y a pas de signes visibles de panique au Kremlin. La télévision d'État russe semble plus positive. Elle décrit les frappes de missiles russes sur l'infrastructure énergétique de l'Ukraine comme "un tournant dans l'opération spéciale".

Quant au chef du Kremlin, samedi dernier, alors que des informations en provenance d'Ukraine annonçaient que la Russie perdait des territoires, Vladimir Poutine, l'air détendu, inaugurait à Moscou une nouvelle grande roue, la plus haute d'Europe.

Le président russe semble toujours croire que, comme la nouvelle grande roue de Moscou, son "opération spéciale" tournera en sa faveur.

Adblock test (Why?)