Le Coronavirus, une bénédiction pour les animaux sauvages ?

Les scientifiques soupçonnent qu'un marché de fruits de mer dans la ville chinoise de Wuhan est l'origine probable de l'épidémie de coronavirus, qui a fait 170 victimes jusqu'à présent. Le marché était connu pour le commerce illégal d'animaux...

Le Coronavirus, une bénédiction pour les animaux sauvages ?

Les scientifiques soupçonnent qu'un marché de fruits de mer dans la ville chinoise de Wuhan est l'origine probable de l'épidémie de coronavirus, qui a fait 170 victimes jusqu'à présent. Le marché était connu pour le commerce illégal d'animaux sauvages tels que les serpents, les ratons laveurs et les porcs-épics, gardés en cage pour être vendus soit comme nourriture soit comme médicament, jusqu'à ce que la province entière soit mise en quarantaine.

La Chine est le plus grand consommateur mondial de produits issus de la faune sauvage, qu'ils soient légaux ou illégaux.

Lire aussi sur le coronavirus:

Coronavirus en Chine: risques de mutation, contagion, prévention

Le Coronavirus "une urgence mondiale" selon l'OMS

L’étudiante ivoirienne testée négative au Coronavirus

Menu du jour : cobra frit et vin fait d'os de tigre

Selon les responsables de l'Organisation mondiale de la santé, la source principale est très probablement constituée par les chauves-souris. Mais ils pensent que le virus a migré dans un autre animal, qui n'a pas encore été identifié, avant d'infecter les humains.

La Chine a traditionnellement un énorme appétit pour les produits de la faune sauvage. Certains animaux sont consommés pour leur goût, comme un mets délicat, tandis que d'autres sont consommés comme médecine traditionnelle.

Les restaurants de plusieurs régions de Chine sont connus pour servir des plats comme la soupe de chauve-souris (avec la chauve-souris entière à l'intérieur), la soupe faite avec des testicules de tigre, ou des parties du corps de la civette de palmier.

Le cobra frit, la patte d'ours braisée, le vin fait d'os de tigre figurent également au menu des restaurants de gamme supérieure.

Les marchés aux animaux sauvages des bidonvilles abritent des rats, des chats, des serpents et de nombreuses espèces d'oiseaux, y compris des espèces en danger critique d'extinction.

Regarder aussi sur le coronavirus:

Media playback is unsupported on your device

La notion de "yewei" (littéralement "goûts sauvages" en chinois) est une terminologie courante dans toute la Chine qui véhicule culturellement un mélange d'aventure, d'audace, de curiosité et de privilège", a déclaré un enquêteur d'une grande agence internationale qui a mené plusieurs enquêtes sur le commerce des espèces sauvages en Chine.

Les produits issus de la faune sauvage sont également utilisés dans de nombreux médicaments traditionnels chinois, principalement parce qu'on pense qu'ils ont des pouvoirs curatifs pour soigner diverses affections, comme l'impuissance masculine, l'arthrite et la goutte.

Menace d'extinction

La demande de balances de pangolins pour de tels médicaments a presque anéanti l'animal en Chine et le pangolin est maintenant devenu la faune la plus braconnée dans d'autres parties du monde également.

L'utilisation non durable de la corne de rhinocéros pour la médecine traditionnelle chinoise est un autre exemple de la manière dont cette pratique a fait de l'animal une espèce en voie de disparition.

Tout cela se produit alors que l'on estime que plus de 70 % des infections émergentes chez l'homme proviennent d'animaux, en particulier d'animaux sauvages.

L'épidémie a remis en lumière le commerce d'animaux sauvages en Chine, déjà critiqué par les groupes de protection de la nature pour avoir poussé un certain nombre d'espèces au bord de l'extinction.

À la suite de cette dernière épidémie, les autorités chinoises ont interdit temporairement le commerce d'animaux sauvages afin de lutter contre la propagation du virus.

Mais les écologistes profitent de cette occasion pour exiger une interdiction permanente.

La Chine écoutera-t-elle ?

Cette épidémie de virus pourrait-elle constituer un tournant dans l'effort mondial visant à mettre fin au commerce illégal d'espèces sauvages et à protéger ensuite la santé publique ?

Les experts affirment qu'il s'agit d'un défi de taille, mais que la mission n'est peut-être pas impossible.

Les virus à l'origine du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) proviendraient également des chauves-souris, mais ils se seraient introduits chez l'homme par l'intermédiaire de civettes et de chameaux, respectivement, selon les responsables de l'OMS.

"Nous sommes en contact avec des espèces sauvages et leurs habitats que nous ne connaissions pas auparavant", a déclaré à la BBC le Dr Ben Embarek, du département de la nutrition et de la sécurité alimentaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Nous avons donc un certain nombre de nouvelles maladies liées à de nouveaux contacts entre l'homme et des virus, bactéries et parasites jusqu'alors inconnus".

Une analyse récente des quelque 32 000 espèces de vertébrés terrestres connues a montré qu'environ 20 % d'entre elles sont achetées et vendues sur le marché mondial, légalement ou illégalement.

Cela représente plus de 5 500 espèces de mammifères, d'oiseaux, de reptiles et d'amphibiens.

Le commerce illégal d'espèces sauvages est estimé à environ 20 milliards de dollars et constitue le quatrième plus grand commerce illégal après celui des drogues, de la contrebande de personnes et de la contrefaçon.

Lire aussi:

Coronavirus : à quel point devrions-nous nous inquiéter ?

Coronavirus en Chine : deux villes en quarantaine

La Chine confrontée à une épidémie de coronavirus

Signal d'alarme

"Cette crise sanitaire doit servir de signal d'alarme", a déclaré le Fonds mondial pour la nature (WWF) dans une déclaration, "pour la nécessité de mettre fin à l'utilisation non durable des animaux en danger et de leurs parties, en tant qu'animaux de compagnie exotiques, pour la consommation alimentaire et pour leur valeur médicinale perçue".

Le gouvernement chinois a toutefois clairement indiqué que l'interdiction sera temporaire.

"L'élevage, le transport ou la vente de toutes les espèces animales sauvages sont interdits à partir de la date de l'annonce jusqu'à ce que la situation épidémique nationale soit terminée", a déclaré une directive émise conjointement par trois agences gouvernementales.

Pékin avait annoncé une interdiction similaire lors de l'épidémie de SRAS en 2002.

Mais les écologistes affirment que quelques mois après ces annonces, les autorités ont fait preuve d'indulgence et le marché des animaux sauvages a rebondi en Chine.

Lire aussi:

Coronavirus en Chine: risques de mutation, contagion, prévention

Un cas suspect de coronavirus en Côte d'Ivoire

Une surveillance accrue

En septembre de cette année, Pékin accueille une grande réunion mondiale sur les ressources naturelles et biologiques, connue sous le nom de Convention sur la diversité biologique.

Selon un rapport intergouvernemental publié l'année dernière, un million d'espèces sont menacées d'extinction - plus que jamais dans l'histoire de l'humanité.

Au lendemain de l'apparition du virus, des éditoriaux dans les médias chinois contrôlés par l'État ont dénoncé le marché incontrôlé des espèces sauvages dans le pays.

"Nous voyons là l'occasion de mettre un terme définitif à la détention, à la reproduction, à la domestication et à l'utilisation des animaux sauvages, non seulement pour la viande mais aussi pour la médecine traditionnelle", a déclaré Debbie Banks, de l'Agence d'investigation environnementale basée à Londres, qui a mené d'importantes enquêtes sur la faune sauvage en Chine.

Selon les experts, l'apparition de la grippe aviaire a contribué à la conservation de nombreuses espèces d'oiseaux dans la nature.

Ils soulignent également le succès de l'interdiction que la Chine a imposée sur l'importation d'ivoire - après des années de pression internationale pour sauver les éléphants de l'extinction.

Lire aussi:

Une trafiquante d’ivoire emprisonnée en Tanzanie

Ils soulignent toutefois que l'interdiction et la réglementation des produits issus de la faune sauvage devront être mondiales, et pas seulement en Chine.

"Mais en tant que plus grand marché de produits de la vie sauvage, la Chine peut certainement montrer la voie", disent-ils.

Ecouter aussi :

Media playback is unsupported on your device

Let's block ads! (Why?)