Marvel’s Avengers : En route vers le Endgame ?

La route aura été longue pour Marvel’s Avengers qui depuis son annonce en janvier 2017 se sera finalement montré très discret. Une présentation par ci, une interview par là et entre juillet et août, deux War Tables nous présentant tout (ou presque) de ce que le jeu a à proposer. Derrière cette communication parcellaire, se cache un jeu incroyablement dense que nous avons enfin pu prendre en main sur PS4/PS4 Pro, durant plusieurs heures, grâce à un accès anticipé à la bêta qui arrivera dès le 7 août prochain pour celles et ceux ayant précommandé le jeu sur PS4. Note : Les screens de cette preview proviennent de chez Square Enix. Nous vous proposerons nos propres captures et vidéos le 7 août à 13h. Nos impressions sur la bêta de Marvel's Avengers en 4 minutes Qu’est-ce que Marvel’s Avengers ? Avant de rentrer plus en détails dans ce que propose le jeu de Crystal Dynamics, il convient tout d’abord de bien définir ce qui se cache derrière et à qui le tout se destine. Marvel’s Avengers est à ranger dans la catégorie des beat’em all / jeux service. Entendez par là qu’il est voué à vivre plusieurs années à travers de très nombreuses mises à jour synonymes de personnages et skins supplémentaires, d’ajouts de missions, etc. Bien que le jeu intègre un mode solo, le tout vous demandera un farming intensif pour monter votre personnage fétiche et ainsi gagner du loot de meilleure qualité, des costumes et autres ressources. La structure de Marvel’s Avengers se veut dans la droite lignée de celle d’un Destiny 2 ou d’un Anthem et si la dimension narrative est bien présente, elle cohabite avec l’optimisation continue de nos équipements. Une plé"Thor" de modes de jeu Ce qui frappe le plus lorsqu’on débute Marvel’s Avengers est ce sentiment d’être assailli de toute part par les informations et le contenu, ceci valant aussi bien pour les modes de jeu, les données à prendre en compte ou même les personnages à incarner, l’ensemble des Avengers étant disponible lors de l’intro du Solo se déroulant sur le Golden Gate. Une façon intelligente pour prendre en mains le gameplay, se familiariser avec les différents héros et rencontrer la jeune Kamala Khan, servant de pivot à l’histoire qui va nous mener cinq années après le A-Day qui a vu la mort de Captain America, le démantèlement des Avengers et la mise au pilori des supers-héros. Kamala, sorte de Peter Parker au féminin, ingénue, fan absolue des Avengers et, il faut bien l’avouer, un peu agaçante dans sa propension à balancer des blagues n’arrivant jamais à nous fait sourire, va se mettre à la recherche des membres de l’équipe afin de reformer la team. Elle devra, pour se faire, affronter l’AIM, multinationale prompte à pointer du doigt les personnes possédant des supers-pouvoirs en les rendant responsables de l’accident de San Francisco. Bien qu’il soit difficile d'avoir un véritable avis sur l’histoire que nous n’avons fait que survoler, on peut d’ores et déjà préciser que l’introduction manque de théâtralisation et d’émotion, cette impression étant renforcée par une VF peu convaincante. A contrario, le jeu intègre plutôt bien à son solo les différents types de missions qu’il sera possible de choisir, après avoir progressé dans l’histoire principale, via un terminal de l’héliporteur du SHIELD qui deviendra votre nouvelle base d'opérations. Ainsi, en progressant dans l’histoire, vous aurez accès à de plus en plus de héros que vous pourrez incarner dans des missions qui vous mèneront aux quatre coins du monde. Proposant des zones plus ou moins vastes, chaque mission aura un objectif spécifique même si la finalité sera identique : éliminer l'ensemble des ennemis, détruire des éléments précis ou protéger une zone pendant que Jarvis (l’IA créée par Tony Stark) s’occupera de pirater des serveurs de l’AIM. En l’état, bien que les types d’objectifs soient nombreux (Sabotage, Elimination, Assaut, Domination…), les missions deviennent vite redondantes, ceci étant renforcé par un bestiaire plutôt générique faisant intervenir quantité de robots, synthoïdes et autres soldats aux uniformes colorés afin de différencier leur type d’un rapide coup d’oeil. Notons cependant que la version finale devrait, on imagine, intégrer les supers-vilains vus dans le mode solo à commencer par Abomination qu’il est possible d’affronter dans cette bêta. Enfin, mentionnons qu’il nous a également été permis d’affronter un gigantesque robot en guise de boss et qu’on espère que les missions de type «Dompter un Titan» arriveront à se renouveler suffisamment pour nous proposer des affrontements se voulant des plus épiques. Avengers Evolution Au delà de sa construction fortement liée à sa nature de jeu service, Marvel’s Avengers met l’accent sur l’optimisation de pièces d’équipements et des atouts associés. Comme dans tout jeu de ce type, en plus de multiples ressources vous servant à augmenter le niveau de votre stuff, vous aurez l’occasion de looter des pièces durant vos explorations. Sur ce

Marvel’s Avengers : En route vers le Endgame ?
La route aura été longue pour Marvel’s Avengers qui depuis son annonce en janvier 2017 se sera finalement montré très discret. Une présentation par ci, une interview par là et entre juillet et août, deux War Tables nous présentant tout (ou presque) de ce que le jeu a à proposer. Derrière cette communication parcellaire, se cache un jeu incroyablement dense que nous avons enfin pu prendre en main sur PS4/PS4 Pro, durant plusieurs heures, grâce à un accès anticipé à la bêta qui arrivera dès le 7 août prochain pour celles et ceux ayant précommandé le jeu sur PS4. Note : Les screens de cette preview proviennent de chez Square Enix. Nous vous proposerons nos propres captures et vidéos le 7 août à 13h. Nos impressions sur la bêta de Marvel's Avengers en 4 minutes Qu’est-ce que Marvel’s Avengers ? Avant de rentrer plus en détails dans ce que propose le jeu de Crystal Dynamics, il convient tout d’abord de bien définir ce qui se cache derrière et à qui le tout se destine. Marvel’s Avengers est à ranger dans la catégorie des beat’em all / jeux service. Entendez par là qu’il est voué à vivre plusieurs années à travers de très nombreuses mises à jour synonymes de personnages et skins supplémentaires, d’ajouts de missions, etc. Bien que le jeu intègre un mode solo, le tout vous demandera un farming intensif pour monter votre personnage fétiche et ainsi gagner du loot de meilleure qualité, des costumes et autres ressources. La structure de Marvel’s Avengers se veut dans la droite lignée de celle d’un Destiny 2 ou d’un Anthem et si la dimension narrative est bien présente, elle cohabite avec l’optimisation continue de nos équipements. Une plé"Thor" de modes de jeu Ce qui frappe le plus lorsqu’on débute Marvel’s Avengers est ce sentiment d’être assailli de toute part par les informations et le contenu, ceci valant aussi bien pour les modes de jeu, les données à prendre en compte ou même les personnages à incarner, l’ensemble des Avengers étant disponible lors de l’intro du Solo se déroulant sur le Golden Gate. Une façon intelligente pour prendre en mains le gameplay, se familiariser avec les différents héros et rencontrer la jeune Kamala Khan, servant de pivot à l’histoire qui va nous mener cinq années après le A-Day qui a vu la mort de Captain America, le démantèlement des Avengers et la mise au pilori des supers-héros. Kamala, sorte de Peter Parker au féminin, ingénue, fan absolue des Avengers et, il faut bien l’avouer, un peu agaçante dans sa propension à balancer des blagues n’arrivant jamais à nous fait sourire, va se mettre à la recherche des membres de l’équipe afin de reformer la team. Elle devra, pour se faire, affronter l’AIM, multinationale prompte à pointer du doigt les personnes possédant des supers-pouvoirs en les rendant responsables de l’accident de San Francisco. Bien qu’il soit difficile d'avoir un véritable avis sur l’histoire que nous n’avons fait que survoler, on peut d’ores et déjà préciser que l’introduction manque de théâtralisation et d’émotion, cette impression étant renforcée par une VF peu convaincante. A contrario, le jeu intègre plutôt bien à son solo les différents types de missions qu’il sera possible de choisir, après avoir progressé dans l’histoire principale, via un terminal de l’héliporteur du SHIELD qui deviendra votre nouvelle base d'opérations. Ainsi, en progressant dans l’histoire, vous aurez accès à de plus en plus de héros que vous pourrez incarner dans des missions qui vous mèneront aux quatre coins du monde. Proposant des zones plus ou moins vastes, chaque mission aura un objectif spécifique même si la finalité sera identique : éliminer l'ensemble des ennemis, détruire des éléments précis ou protéger une zone pendant que Jarvis (l’IA créée par Tony Stark) s’occupera de pirater des serveurs de l’AIM. En l’état, bien que les types d’objectifs soient nombreux (Sabotage, Elimination, Assaut, Domination…), les missions deviennent vite redondantes, ceci étant renforcé par un bestiaire plutôt générique faisant intervenir quantité de robots, synthoïdes et autres soldats aux uniformes colorés afin de différencier leur type d’un rapide coup d’oeil. Notons cependant que la version finale devrait, on imagine, intégrer les supers-vilains vus dans le mode solo à commencer par Abomination qu’il est possible d’affronter dans cette bêta. Enfin, mentionnons qu’il nous a également été permis d’affronter un gigantesque robot en guise de boss et qu’on espère que les missions de type «Dompter un Titan» arriveront à se renouveler suffisamment pour nous proposer des affrontements se voulant des plus épiques. Avengers Evolution Au delà de sa construction fortement liée à sa nature de jeu service, Marvel’s Avengers met l’accent sur l’optimisation de pièces d’équipements et des atouts associés. Comme dans tout jeu de ce type, en plus de multiples ressources vous servant à augmenter le niveau de votre stuff, vous aurez l’occasion de looter des pièces durant vos explorations. Sur ce point, le tout nous a semblé plutôt équilibré avec un bon taux de drop de loots de qualité. Précisons que chaque mission sera associée à un niveau de Puissance (voir plus bas) et pourra se jouer dans une difficulté plus ou moins élevée (Défi I à Défi IV) influant sur la résistance des ennemis et les dégâts occasionnés par ces derniers mais aussi et surtout sur le loot que vous pourrez obtenir de façon aléatoire grâce aux coffres disséminés un peu partout. Une fois votre mission terminée, le véritable travail débutera. Vous pourrez ainsi passer un long moment à comparer tel ou tel loot pour vérifier leurs statistiques, les démonter pour obtenir des ressources supplémentaires, voir les bonus qu’ils vous octroient ou analyser les pourcentages de chaque élément pour augmenter vos quatre caractéristiques (Défense, Distance, Attaque au corps-à-corps et Héroïque) définissant votre niveau de puissance. Un travail fastidieux mais payant. On appréciera à ce sujet que les développeurs aient pensé à celles et ceux ne désirant pas s’éterniser dans les menus en ajoutant une option permettant, via une simple pression sur un bouton, d’obtenir l’équipement le plus puissant en leur possession. Intéressant même si pour les missions les plus difficiles, il conviendra d’opter pour le choix manuel, un équipement de puissance inférieure pouvant intégrer un Atout utile car lié au lieu qu’on va traverser, aux ennemis qu’on va affronter. En parallèle de notre niveau de puissance nous renseignant sur la probabilité de réussite de chaque mission, il conviendra également d’augmenter notre niveau global grâce au gain d’expérience, plus ou moins élevé en fonction d’une note attribuée à la fin de chaque mission. Sachant qu’à chaque fois qu'on atteindra l’un des 40 niveaux de notre personnage, on obtiendra une récompense (skin, ressources, plaque d’identification), vous comprendrez rapidement l’intérêt d’accumuler les heures de jeu. Il ne faudra donc pas avoir peur de recommencer des missions déjà bouclées pour obtenir plus d’EXP mais aussi de points de compétences nous permettant de débloquer différentes attaques et capacités parmi quatre arbres de disponibles. Les versions PS4 Pro et PS4 sont-elles équivalentes ? Commençons avec la version PS4 Pro qui s'est avérée très stable, hormis quelques légers ralentissements lors des affrontements faisant intervenir le plus d'ennemis et d'effets spéciaux. A propos de la version PS4 Fat. Si nous retrouvons ici la soufflerie parfois assourdissante de la machine qui semble poussée dans ses derniers retranchements, la version standard de la PS4 est aussi parfois nettement moins confortable à jouer que son homologue PS4 Pro. Effectivement, lorsque les effets se font trop nombreux, et c'est très souvent le cas dans le cadre des affrontements, des chutes de framerate très importantes interviennent, handicapant la lisibilité déjà assez peu idéale lors de certains combats. Assez gênants, ces ralentissements ont aussi pour étrange effet de faire pixeliser l'affichage une fraction de seconde, portant un coup assez net à l'esthétique globale du jeu dans ces moments. Gageons que l'optimisation sur PS4 Fat soit inscrite sur la feuille de route de Crystal Dynamics avant la sortie du jeu. L'art de la guerre Enfin, une fois correctement équipé, vous aurez tout le loisir de déchaîner votre puissance nouvellement acquise avec trois ami(e)s ou IA. S’il est inutile de préciser qu’il est bien plus intéressant et fun de jouer avec des connaissances, on appréciera que les IA ne fassent pas de la figuration. Elles se montrent au contraire plutôt hargneuses, utilisent correctement leurs supers-pouvoirs et vu le nombre d’ennemis à éliminer, ce ne sera pas de trop. Bien qu’il soit impossible de leur donner des ordres simples, l’avantage de jouer avec des IA vient du fait que les ennemis se concentreront souvent sur elles, nous laissant un peu plus de latitude pour faire le ménage. Malgré tout, il ne sera pas rare de crouler rapidement sous un nombre conséquent d’adversaires nous mettant une énorme pression, de près comme de loin. Mourir deviendra alors monnaie courante même si ici, l’IA fera très bien son boulot en se focalisant sur notre réanimation. Bien que l’Intelligence artificielle soit efficace, le gameplay a eu plus de mal à nous convaincre. Au-delà du classicisme survolant l’action, c’est surtout le manque de pêche général qui nous a un peu surpris, autant dans les esquives manquant d’amplitude que le cooldown plutôt lent des pouvoirs. Bien que ceci soit légitime pour notre capacité héroîque la plus puissante, c’est déjà moins compréhensible pour les deux autres à disposition d’autant que la plupart des ennemis en Normal/Difficulté II s'avèrent résistants. On espère donc que Crystal Dynamics procédera à quelques rééquilibrages, car en l’état, certains affrontements semblaient inutilement longs. Au rayon des reproches, on regrettera également que les Contres, bien qu'efficaces, soient trop difficiles à placer correctement tant l’action peut vite devenir brouillonne. En effet, avec une caméra trop proche et une action constamment noyée sous une pluie d’explosions, de particules et autres couleurs bigarrées synonymes de lasers et attaques ennemies bardant l’écran, on a bien du mal à discerner les cercles bleus et jaunes autour des ennemis nous renseignant sur le moment opportun pour placer un Contre. Pour parfaire à ce problème, on n’aura alors d’autre solution que d’appuyer à intervalles réguliers sur la touche R2 pour tenter de contrer une attaque. Ce soucis de visibilité se traduit également par des ennemis devenant parfois peu apparents. L'astuce consistera ici à utiliser la touche Haut de la croix directionnelle, principalement utilisée pour afficher nos objectifs ainsi que les coffres, pour repérer plus aisément nos adversaires, alors cerclés de rouge. En marge de ces problèmes de gameplay, l'une des forces de Marvel's Avengers reste indubitablement son roster proposant des personnages complémentaires dans leurs approches. On touche ici du doigt un point crucial synonyme d'un énorme vivier de combattants ne demandant qu'à être intégré dans le jeu à l'image de Spider-Man, d'ores et déjà annoncé comme une exclu PS4/PS5. En l'état, après avoir joué avec six d'entre eux, force est de constater que chaque héros procure des sensations différentes. Incarner un Hulk tout en muscles n'a par exemple pas grand chose à voir avec Black Widow, proposant un bon équilibre entre attaques à distance et au corps-à-corps, ou même Captain America, agile, puissant et pouvant user de son bouclier pour éliminer plusieurs adversaires à la fois. Chaque super-héros possède donc ce petit plus et après une dizaine d'heures de jeu, il est assez grisant d'utiliser à bon escient leurs capacités, passer par-dessus nos ennemis pour leur placer un coup dans le dos ou faire mordre la poussière à un agent groggy de l'AIM à l'aide d'une QTE. Au final, beaucoup de bonnes choses dans ce Marvel's Avengers, mais aussi de points à améliorer, la bêta recelant pas mal de bugs, sonores notamment avec cette VF et VO se passant continuellement le relais. Il faudra enfin que Crystal Dynamics prenne autant de temps pour l'ajout de contenus que le polish du matériau d'origine, ne serait-ce que pour rendre l'action plus lisible ou le rééquilibrage de certaines missions, de Domination notamment, parfois ridiculement difficiles à cause d'une trop petite zone à protéger au vu du nombre d'adversaires nous tombant littéralement dessus. Rien d'insurmontable et nous sommes impatients d'être au 04 septembre pour voir le résultat final. Nos impressions Fort d'un roster complémentaire et de la promesse d'une kyrielle de personnages à venir, Marvel's Avengers a des atouts dans sa manche pour se faire une place dans l'univers impitoyable des jeux service. Bien que classique dans sa structure et proposant une action souvent confuse, le titre de Crystal Dynamics intègre néanmoins une évolution intéressante des héros via leur arbre des compétences et une gestion du loot a priori maîtrisée. Rendez-vous en septembre pour voir de quoi la version finale sera faite et vérifier si les développeurs ont d'ores et déjà pu résoudre plusieurs des défauts aperçus dans cette bêta. L'avis de Logan Journaliste jeuxvideo.com 05 août 2020 à 15:00:02 Let's block ads! (Why?)