"Nous devons savoir la vérité, rien que la vérité", François Lumumba 

Crédit photo, Getty Imagesil y a 9 heuresUne cérémonie officielle de remise des restes de Patrice Lumumba a sa famille est prévue aujourd’hui à Bruxelles avant qu’ils soient rapatriés vers la RDC.L’ancien premier ministre de la RDC Patrice Lumumba est connu pour son rôle dans la lutte pour l’accession du pays à l’indépendance en 1960. Il a été assassiné peu après dans un contexte de tension politique interne et de guerre froide. Cette dent trophée est le seul vestige connu de Lumumba, dont le corps a été dissous dans de l'acide afin d'éviter que sa dernière demeure ne devienne un lieu de pèlerinage.  Son retour marque la fin d'une longue campagne menée par les enfants Lumumba pour que leur père ait une dernière demeure.François Lumumba, le fils ainé de Patrice Lumumba explique ce que représente ce retour pour la famille.Il est interviewé à Kinshasa par Pamela Amunazo.Crédit photo, AFPLa RDC se prépare à recevoir la dépouille de Patrice Lumumba. Que représente le retour de sa dépouille pour la famille ?Il est normal de savoir exactement dans quelles circonstances Patrice Lumumba a été assassiné et c’est aussi une question culturelle, on doit faire le deuil pour qu’on tourne la page vers d’autres objectifs.Est-ce que pour vous cela veut dire que la justice a finalement été rendue avec ce retour ?Non, on est encore au début du processus. L’objectif c’était de savoir dans quelle conditions Patrice Lumumba a été assassiné et quel est le rôle de certains pays occidentaux. Pour le moment on est en train d’accumuler les documents, les documentations nécessaires pour que ce soit sur des bases bien déterminées.Le gouvernement dit travailler en collaboration avec la famille. Comment ça se passe ? Est-ce qu’il y a eu des arrangements coté financier ? Qui prend en charge les couts ? Quand nous avons constaté que l’actuel président de la République faisait tout pour qu’on règle le problème le plus vite possible et que nous avons constaté qu’il voyait les choses plus ou moins comme nous, on a insisté sur le fait que Patrice Lumumba a été assassiné en fonction. Et il est impératif que l’Etat congolais doive s’impliquer. C’est pour cela qu’on a amorcé les discussions avec d’autres présidents de la république et jusqu’à maintenant, c’est positif.Est-ce qu’avec l’arrivée de la dépouille, pour vous, c’est la fin d’un deuil qui aura duré plusieurs années ?Non. On ne peut pas dire que c’est la fin. C’est une étape. Une étape très importante au niveau sociologique pour l’histoire du Congo. Nous devons savoir la vérité, rien que la vérité.Il ne s’agit pas de vengeance.Si on ne sait pas notre passé, jamais on ne saura notre avenir.Pensez-vous que ce sera facile de rétablir les faits après autant d’années ? Parce qu’il y a tant de versions, même au cinéma, chacun raconte l’histoire à sa manière.Ce ne sera pas facile mais nous ne sommes pas les seuls dans cette position-là. On a vu par exemple les Américains jusqu’à maintenant sont derrières les records dans la guerre du Vietnam. Jusqu’à maintenant ce sont des conditions économiques avec les Vietnamiens, ils n’ont pas terminé.On ne doit pas se décourager. Nous avons des enfants, quand je parle des enfants ce ne sont pas nécessairement nos enfants, le peuple congolais est là.Même si après 10 ans, 15 ans ils doivent savoir la vérité, il faut toujours la continuité.Est-ce que la famille pense un jour publier un livre, l’histoire vue, racontée par les enfants Lumumba ?Plutôt par interprétation, peut-être le premier chapitre sur sa jeunesse etc… On peut toujours trouver des éléments de ce côté. Mais dans ce genre de combat, on sait quand on commence mais on ne sait pas quand on termine.Adblock test (Why?)

"Nous devons savoir la vérité, rien que la vérité", François Lumumba 
Les enfants de Patrice Lumumba, Roland, Juliana et François au

Crédit photo, Getty Images

Une cérémonie officielle de remise des restes de Patrice Lumumba a sa famille est prévue aujourd’hui à Bruxelles avant qu’ils soient rapatriés vers la RDC.

L’ancien premier ministre de la RDC Patrice Lumumba est connu pour son rôle dans la lutte pour l’accession du pays à l’indépendance en 1960. Il a été assassiné peu après dans un contexte de tension politique interne et de guerre froide.

Cette dent trophée est le seul vestige connu de Lumumba, dont le corps a été dissous dans de l'acide afin d'éviter que sa dernière demeure ne devienne un lieu de pèlerinage. 

Son retour marque la fin d'une longue campagne menée par les enfants Lumumba pour que leur père ait une dernière demeure.

François Lumumba, le fils ainé de Patrice Lumumba explique ce que représente ce retour pour la famille.

Il est interviewé à Kinshasa par Pamela Amunazo.

François Lumumba, le fils ainé de Patrice Lumumba

Crédit photo, AFP

La RDC se prépare à recevoir la dépouille de Patrice Lumumba. Que représente le retour de sa dépouille pour la famille ?

Il est normal de savoir exactement dans quelles circonstances Patrice Lumumba a été assassiné et c’est aussi une question culturelle, on doit faire le deuil pour qu’on tourne la page vers d’autres objectifs.

Est-ce que pour vous cela veut dire que la justice a finalement été rendue avec ce retour ?

Non, on est encore au début du processus. L’objectif c’était de savoir dans quelle conditions Patrice Lumumba a été assassiné et quel est le rôle de certains pays occidentaux.

Pour le moment on est en train d’accumuler les documents, les documentations nécessaires pour que ce soit sur des bases bien déterminées.

Le gouvernement dit travailler en collaboration avec la famille. Comment ça se passe ? Est-ce qu’il y a eu des arrangements coté financier ? Qui prend en charge les couts ?

Quand nous avons constaté que l’actuel président de la République faisait tout pour qu’on règle le problème le plus vite possible et que nous avons constaté qu’il voyait les choses plus ou moins comme nous, on a insisté sur le fait que Patrice Lumumba a été assassiné en fonction.

Et il est impératif que l’Etat congolais doive s’impliquer.

C’est pour cela qu’on a amorcé les discussions avec d’autres présidents de la république et jusqu’à maintenant, c’est positif.

Est-ce qu’avec l’arrivée de la dépouille, pour vous, c’est la fin d’un deuil qui aura duré plusieurs années ?

Non. On ne peut pas dire que c’est la fin. C’est une étape.

Une étape très importante au niveau sociologique pour l’histoire du Congo. Nous devons savoir la vérité, rien que la vérité.

Il ne s’agit pas de vengeance.

Si on ne sait pas notre passé, jamais on ne saura notre avenir.

Pensez-vous que ce sera facile de rétablir les faits après autant d’années ? Parce qu’il y a tant de versions, même au cinéma, chacun raconte l’histoire à sa manière.

Ce ne sera pas facile mais nous ne sommes pas les seuls dans cette position-là. On a vu par exemple les Américains jusqu’à maintenant sont derrières les records dans la guerre du Vietnam. Jusqu’à maintenant ce sont des conditions économiques avec les Vietnamiens, ils n’ont pas terminé.

On ne doit pas se décourager. Nous avons des enfants, quand je parle des enfants ce ne sont pas nécessairement nos enfants, le peuple congolais est là.

Même si après 10 ans, 15 ans ils doivent savoir la vérité, il faut toujours la continuité.

Est-ce que la famille pense un jour publier un livre, l’histoire vue, racontée par les enfants Lumumba ?

Plutôt par interprétation, peut-être le premier chapitre sur sa jeunesse etc… On peut toujours trouver des éléments de ce côté. Mais dans ce genre de combat, on sait quand on commence mais on ne sait pas quand on termine.

Adblock test (Why?)