Prez

L'histoire : L'élection à la présidence des Etats-Unis approche à grands pas et les campagnes politiciennes nauséabondes font rage. Les publicités pour les tacos ponctuent les débats télévisuels tandis que les réseaux sociaux omniprésents font et défont les carrières. C'est alors qu'une vidéo amusante d'une employée de friterie se faisant griller les cheveux sur une plaque de cuisson devient virale. La jeune Beth Ross ne prête pas trop attention au buzz qui commence à monter la concernant parce que son esprit est préoccupé par la terrible grippe féline qui oblige son père, gravement malade, à être hospitalisé. Malgré tout, sa popularité continue de monter en flèche jusqu'à placer l'adolescente star des réseaux en bonne position dans les sondages. Le jour de l'élection, les deux principaux candidats se retrouvent à égalité parfaite et se lancent alors dans des tractations totalement démagogiques dans le but d'infléchir les votes en leur faveur. Mais dans le but de faire sournoisement grimper les enchères, les représentants des différents états les menacent en modifiant un à un leurs votes envers la jeune Beth. Cependant, dans leur précipitation ils ne se rendent pas compte que l'adolescente vient d'atteindre le nombre fatidique des vingt-six voix. À la stupeur générale, la voici élue présidente des Etats-Unis ! C'est une catastrophe pour les grandes firmes qui contrôlent depuis toujours les politiciens comme de petites marionnettes serviles mais ils se rassurent en se disant que de toute façon, cette gamine sera bien sûr aussi manipulable que tous les autres. C'était bien mal connaitre l'incorruptible Beth Ross... Ce qu'on en pense sur la planète BD : En reprenant en 2015 le personnage de Prez créé en 1973 par Joe Simon, Mark Russel et Ben Caldwell s'imaginaient-ils à quel point leur publication allait se révéler prophétique ? Le scénariste élabore alors une course à la présidentielle déjantée dans une société où la politique spectacle a pris le pas sur les idées de fonds et où Twitter et les autres réseaux sociaux rythment les débats outranciers et absurdes. Toute ressemblance avec des personnages réels est malheureusement tout à fait évidente. En plus, une étrange épidémie d'origine animale frappe alors violemment le pays et notamment les plus précaires mais les multinationales font trainer l'arrivée d'un médicament dans le but de faire exploser leurs cotations en bourse. Mark Russel n'a donc sûrement pas grand-chose à envier à Nostradamus et il imagine brillamment une société pourrie de l'intérieur qui sombre de manière inéluctable vers le sordide et l'outrancier. Cette jeune Beth Ross, mélange de Tank Girl et de Greta Thunberg, va du haut de ses 19 ans devenir la lumière salvatrice au cœur de cette obscurité et rappeler qu'une autre vision du monde est encore possible. Le virulent scénariste va très loin pour dénoncer les maux qui rongent l'Amérique, quitte à pousser le curseur de la satire au maximum de la provocation avec une rage sans concession. Le ton fortement engagé et politisé tranche avec bonheur avec le dessin très cartoon de Ben Caldwell qui est à l'image de son héroïne : acidulé, puissant et plein de fraîcheur. Les électeurs se sont exprimés : la frondeuse et insoumise Prez remporte haut la main les suffrages ! Let's block ads! (Why?)

Prez

L'histoire :

L'élection à la présidence des Etats-Unis approche à grands pas et les campagnes politiciennes nauséabondes font rage. Les publicités pour les tacos ponctuent les débats télévisuels tandis que les réseaux sociaux omniprésents font et défont les carrières. C'est alors qu'une vidéo amusante d'une employée de friterie se faisant griller les cheveux sur une plaque de cuisson devient virale. La jeune Beth Ross ne prête pas trop attention au buzz qui commence à monter la concernant parce que son esprit est préoccupé par la terrible grippe féline qui oblige son père, gravement malade, à être hospitalisé. Malgré tout, sa popularité continue de monter en flèche jusqu'à placer l'adolescente star des réseaux en bonne position dans les sondages. Le jour de l'élection, les deux principaux candidats se retrouvent à égalité parfaite et se lancent alors dans des tractations totalement démagogiques dans le but d'infléchir les votes en leur faveur. Mais dans le but de faire sournoisement grimper les enchères, les représentants des différents états les menacent en modifiant un à un leurs votes envers la jeune Beth. Cependant, dans leur précipitation ils ne se rendent pas compte que l'adolescente vient d'atteindre le nombre fatidique des vingt-six voix. À la stupeur générale, la voici élue présidente des Etats-Unis ! C'est une catastrophe pour les grandes firmes qui contrôlent depuis toujours les politiciens comme de petites marionnettes serviles mais ils se rassurent en se disant que de toute façon, cette gamine sera bien sûr aussi manipulable que tous les autres. C'était bien mal connaitre l'incorruptible Beth Ross...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

En reprenant en 2015 le personnage de Prez créé en 1973 par Joe Simon, Mark Russel et Ben Caldwell s'imaginaient-ils à quel point leur publication allait se révéler prophétique ? Le scénariste élabore alors une course à la présidentielle déjantée dans une société où la politique spectacle a pris le pas sur les idées de fonds et où Twitter et les autres réseaux sociaux rythment les débats outranciers et absurdes. Toute ressemblance avec des personnages réels est malheureusement tout à fait évidente. En plus, une étrange épidémie d'origine animale frappe alors violemment le pays et notamment les plus précaires mais les multinationales font trainer l'arrivée d'un médicament dans le but de faire exploser leurs cotations en bourse. Mark Russel n'a donc sûrement pas grand-chose à envier à Nostradamus et il imagine brillamment une société pourrie de l'intérieur qui sombre de manière inéluctable vers le sordide et l'outrancier. Cette jeune Beth Ross, mélange de Tank Girl et de Greta Thunberg, va du haut de ses 19 ans devenir la lumière salvatrice au cœur de cette obscurité et rappeler qu'une autre vision du monde est encore possible. Le virulent scénariste va très loin pour dénoncer les maux qui rongent l'Amérique, quitte à pousser le curseur de la satire au maximum de la provocation avec une rage sans concession. Le ton fortement engagé et politisé tranche avec bonheur avec le dessin très cartoon de Ben Caldwell qui est à l'image de son héroïne : acidulé, puissant et plein de fraîcheur. Les électeurs se sont exprimés : la frondeuse et insoumise Prez remporte haut la main les suffrages !

Let's block ads! (Why?)