Racing de Santander : comment se passent les premiers pas de Luca Zidane ?

« Je suis prêté au Racing et très content d’être ici. J’avais besoin de partir, mais à l’avenir on verra ce qui peut se passer (concernant un retour à Madrid, NDLR). J’ai pensé que c’était le meilleur moment pour partir. Je voulais du...

Racing de Santander : comment se passent les premiers pas de Luca Zidane ?

« Je suis prêté au Racing et très content d’être ici. J’avais besoin de partir, mais à l’avenir on verra ce qui peut se passer (concernant un retour à Madrid, NDLR). J’ai pensé que c’était le meilleur moment pour partir. Je voulais du temps de jeu et prouver mes qualités, ce que je vaux, et le Racing m’a donné l’opportunité de venir. J’ai eu d’autres offres, mais celle du Racing est celle qui m’a le plus intéressé ». Tels étaient les propos de Luca Zidane à l’occasion de sa présentation avec son nouveau club, promu en deuxième division, début juillet. Forcément, on allait suivre de très près ce qu’allaient donner ses premières semaines loin du cocon madrilène.

Et le pari Racing s’avère pour le moment payant pour le joueur formé au Real Madrid, du moins du point de vue du temps de jeu, puisque le fils Zidane a disputé huit des dix rencontres jouées par son équipe en championnat, manquant deux rencontres à cause d’une blessure au mois d’août. Niveau statistique, il a encaissé neuf buts, ce qui reste tout à fait honorable pour un gardien d’une équipe devant avant tout lutter pour sa survie dans la division. Et il affiche un niveau pour le moins intéressant... « Ses performances sont bonnes. Il a réalisé de belles prestations, et pour l’instant, il n’a pas commis d’erreurs. Mention bien pour lui », nous confie Sergio Herrero, journaliste pour le Diario Montañés.

Un jeu au pied au-dessus de la moyenne

« Son point fort, sans aucun doute, c’est son jeu au pied. C’est incroyable ! Je n’ai jamais vu un gardien avec un tel contrôle du ballon. C’est ce qui le différencie des autres. Le problème actuellement, c’est que le Racing ne parvient pas à profiter de cette qualité. C’est un bon gardien sur sa ligne. Peut-être qu’il doit encore s’améliorer dans le jeu aérien et mieux capter les ballons », ajoute-t-il. De quoi confirmer ce qu’on avait pu apercevoir de lui du côté de la capitale espagnole, et ce que nous avaient déjà confirmé des collègues espagnols suivant l’actualité du Real Madrid par le passé.

Il convient de rappeler que, même si le club de Cantabrie a connu des difficultés énormes ces dernières années, la faute à des pépins financiers, il reste une formation historique au niveau espagnol. Ses supporters, réputés pour leur ferveur, sont donc particulièrement exigeants. La pression est logiquement moindre par rapport à Madrid et sa folie médiatique, mais elle existe tout de même. On parle d’un club qui tournait à plus de 9.000 spectateurs en moyenne par match en troisième division, plus que de nombreux clubs de D2, dans une division considérée semi-professionnelle de l’autre côté des Pyrénées. Pas de quoi effrayer l’ancien international U19 tricolore.

Des supporters conquis

« Le public du Racing a découvert un gardien. Au début, son arrivée ressemblait à celle d’un joueur de complément, ou une stratégie marketing, mais Luca a démontré qu’il est un gardien de niveau, qui en plus a pris la place au capitaine de l’équipe (Ivan Crespo, NDLR). Pour moi, il avait besoin de partir du Real Madrid pour s’enlever de la pression médiatique, prendre son indépendance d’un nom de famille qui pèse beaucoup et montrer qu’il n’est pas là qu’à cause de sa carte d’identité », nous explique Sergio Herrero. Et le retour de blessure de Crespo ne devrait pas changer les plans du coach de l’équipe, Iván Ania. S’il ne partait donc pas forcément comme gardien titulaire, il a, en quelques journées, déjà sécurisé sa place pour le reste de la saison. « Je suis très à l’aise au Racing. Je suis habitué à ce qu’on m’observe (parce que c’est le fils de Zidane, NDLR). J’aime beaucoup la ville de Santander, même si je suis casanier je connais peu à peu la ville », a confié le gardien de 21 ans à AS.

On se dirige donc vers un prêt réussi pour Luca Zidane, même s’il devra se montrer constant et être décisif pour maintenir son équipe - actuellement 18e sur 22 - dans ce championnat difficile qu’est la deuxième division espagnole. Dès lors, on peut se projeter vers l’avenir. Du côté de Madrid, les portes semblent fermées, dans la mesure où les Merengues semblent vouloir faire de Lunin leur deuxième gardien l’an prochain. Du moins selon la presse ibérique. Peut-on envisager de le voir dans un autre club de Liga ? « Sûrement, oui. Bientôt », affirme Herrero, soulignant que « Zidane est jeune, a encore de la marge de progression et son nom l’aidera, parce qu’il donne une certaine visibilité médiatique intéressante accompagnée d’un bon niveau sportif ». C’est tout ce qu’on peut lui souhaiter !

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10

Let's block ads! (Why?)