Un boycott pourrait-il nuire à Facebook ?

Les boycotts peuvent être extrêmement efficaces - comme le découvre Facebook. A la fin du XVIIIe siècle, le mouvement abolitionniste a encouragé les Britanniques à se tenir à l'écart des biens produits par les esclaves. Cela a fonctionné. Environ...

Un boycott pourrait-il nuire à Facebook ?

Les boycotts peuvent être extrêmement efficaces - comme le découvre Facebook.

A la fin du XVIIIe siècle, le mouvement abolitionniste a encouragé les Britanniques à se tenir à l'écart des biens produits par les esclaves. Cela a fonctionné. Environ 300 000 personnes ont cessé d'acheter du sucre, ce qui a accru la pression en faveur de l'abolition de l'esclavage.

La campagne "Stop Hate for Profit" est le dernier mouvement en date à utiliser le boycott comme outil politique. Elle affirme que Facebook ne fait pas assez pour supprimer les contenus racistes et haineux de sa plateforme.

Elle a convaincu une série de grandes entreprises de retirer la publicité de Facebook et de quelques autres sociétés de médias sociaux.

A lire aussi sur BBC Afrique:

Parmi les dernières à l'avoir fait figurent Ford, Adidas et HP. Ils rejoignent les participants précédents, dont Coca-Cola, Unilever et Starbucks.

Le site d'information Axios a également rapporté que Microsoft a suspendu la publicité sur Facebook et Instagram en mai en raison de préoccupations concernant des "contenus inappropriés" non spécifiés - un développement que la BBC peut confirmer.

Entre-temps, d'autres plateformes en ligne, dont Reddit et Twitch, ont accru leur pression en prenant leurs propres mesures anti-haine.

Perte de confiance

Ce boycott peut-il nuire à Facebook ? La réponse courte est oui - la grande majorité des revenus de Facebook proviennent des publicités.

David Cumming, d'Aviva Investors, a déclaré dans l'émission Today de la BBC que la perte de confiance et l'absence perçue de code moral pourraient "détruire l'entreprise".

Vendredi, le cours de l'action de Facebook a chuté de 8 %, ce qui a appauvri le PDG Mark Zuckerberg de 6 milliards de livres sterling, du moins en théorie.

Mais il est beaucoup moins clair si cette baisse pourrait être plus importante - une menace existentielle pour l'avenir à long terme de Facebook.

Tout d'abord, ce n'est pas le premier boycott d'une société de médias sociaux.

En 2017, les grandes marques ont annoncé l'une après l'autre qu'elles cesseraient de faire de la publicité sur YouTube - après que des publicités aient été placées à côté de vidéos racistes et homophobes.

Ce boycott particulier est aujourd'hui presque totalement oublié. YouTube a modifié sa politique publicitaire, et trois ans plus tard la société mère de YouTube, Google, se porte très bien.

Et il y a d'autres raisons de croire que ce boycott n'est pas aussi dommageable pour Facebook que vous pourriez le penser.

Beaucoup de petits dépensiers

Premièrement, de nombreuses entreprises ne se sont engagées qu'à boycotter pendant un mois, en juillet.

Deuxièmement, et c'est peut-être plus important encore, une grande partie des revenus publicitaires de Facebook provient de milliers et de milliers de petites et moyennes entreprises.

CNN rapporte que les 100 marques les plus dépensières ont représenté 4,2 milliards de dollars de publicité pour Facebook l'année dernière - soit environ 6 % des revenus publicitaires de la plateforme.

Jusqu'à présent, la grande majorité des moyennes entreprises ne se sont pas inscrites.

Mat Morrison, responsable de la stratégie de l'agence de publicité Digital Whiskey, m'a dit qu'il y a un grand nombre de petites entreprises qui "ne peuvent pas se permettre de ne pas faire de publicité".

Il affirme que pour les petites entreprises - qui sont exclues de la publicité à la télévision - des publicités moins chères et plus ciblées sur des plateformes comme Facebook sont essentielles.

"La seule façon pour notre entreprise de fonctionner est d'avoir accès à ces audiences très ciblées, qui ne sont pas des audiences de médias de masse, donc nous continuerons à faire de la publicité", explique M. Morrison.

D'une certaine manière, Facebook semble être un bon choix d'entreprise pour faire du lobbying. La structure de Facebook donne à Mark Zuckerberg un énorme pouvoir d'influence sur le changement. S'il veut quelque chose, il l'obtiendra.

Il suffit de faire changer d'avis un seul homme.

Mais l'inverse est également vrai. Les actionnaires ne peuvent pas faire pression sur M. Zuckerberg de la même manière que les autres entreprises. S'il ne veut pas agir, il n'agira pas.

Mais jusqu'à présent, il a montré des signes qu'il est prêt à agir. Vendredi, Facebook a annoncé qu'il commencerait à étiqueter les contenus haineux - et attend d'autres annonces cette semaine.

Mais ces changements ne suffiront pas à faire disparaître Stop Hate for Profit.

Et ailleurs, d'autres agissent de leur côté.

Ce lundi, Reddit a interdit le forum The_Donald dans le cadre d'une vaste campagne de répression contre les "sous-reddits" dont les membres se sont livrés à des actes de harcèlement et de menaces. La communauté n'était pas officiellement liée au président, mais avait contribué à la diffusion de mèmes qui le soutenaient, avant que Reddit ne prenne des mesures pour limiter la portée des messages.

En outre, Twitch a temporairement interdit un compte géré par la campagne Trump.

Le site de streaming vidéo appartenant à Amazon a déclaré que deux vidéos des rassemblements de M. Trump qui ont été diffusées sur sa plateforme avaient enfreint ses règles sur les comportements haineux.

L'une d'entre elles datait de 2015, avant son élection, au cours de laquelle il avait déclaré que le Mexique envoyait des violeurs aux États-Unis. L'autre date du début du mois, dans laquelle le président a décrit un "hombre dur" fictif entrant par effraction dans la maison d'une femme américai

"Nous ne faisons pas d'exception pour les contenus politiques ou médiatiques", a déclaré M. Twitch.

Cette année va être une année difficile pour toutes les sociétés de médias sociaux.

Facebook ne fait pas exception à la règle. Mais les entreprises seront toujours guidées par leur bilan.

Si le boycott se prolonge jusqu'à l'automne - et si de plus en plus d'entreprises s'inscrivent- ce pourrait être une année décisive pour le réseau social.

Let's block ads! (Why?)